top of page

Festival d'Avignon Off : Entrée des artistes

Dernière mise à jour : 10 juil.

“La question du désir d’art, de poésie, d’écriture, me hante depuis toujours. Comment et pourquoi devient-on artiste dramatique ? est la seule question que j’ai posée à ces jeunes gens”. C’est avec ces mots que le metteur en scène Ahmed Madani préface le texte d’Entrée des artistes, écrit pour sept jeunes comédiens en fin d’école de théâtre.


Avec humour et émotion, le metteur en scène est allé chercher en chacun d’eux les raisons qui les poussent à monter sur scène envers et contre tout. Qu’ils soient issus de familles modestes ou bourgeoises, dysfonctionnelles, aimantes, avec ou sans culture, chacune de leur histoire est animée par la force vitale du théâtre. Il y a Côme, qui joue pour ne pas mourir, Igaëlle pour échapper à des parents toxiques, Lisa, pour s'émanciper d’une famille suisse sans grande ambition. Sans filtre, ils nous parlent aussi de leurs illusions de jeunes premiers, qui s'imaginent être repérés par les plus grands réalisateurs, du regard sexiste de certains professeurs, de la violence de l’apprentissage et de la précarité du métier. Bien qu’on soit au théâtre, lieu par excellence où rien n’est vrai mais tout est réel” comme le déclare Jeanne en prologue, le talent d’accoucheur d’Ahmed Madani donne de la grâce et une sincérité totale à leurs discours. Et la bonne nouvelle, c’est qu’il n’y a pas de règle, pas de trajectoire écrite ou de contexte familial défini pour embrasser le métier de comédiens. Si chacun d'entre eux porte sa sensibilité et ses souffrances, il ne faut pas forcément être malheureux, ni sur de soi, ou biberonné au théâtre depuis l’enfance. La réponse est plus simple et plus complexe à la fois : la scène est une affaire de nécessité, celle de trouver sa place et d'immense désir de vie, tout simplement. 


Texte et mise en scène Ahmed Madani

Avec Dolo Andaloro, Aurélien Batondor, Jeanne Matthey, Rita Moreira, Côme Veber, Igaëlle Venegas, Lisa Wallinger



Entrée des artistes © A-L. Lechat




0 commentaire

Kommentare


bottom of page