top of page

Le syndrome de l’oiseau

Le syndrome de l’oiseau raconte la dernière heure d’une séquestration qui a duré 18 ans. Tiré de l’histoire de Natascha Kampusch, jeune autrichienne kidnappée pendant plus de 8 ans, le spectacle se concentre sur la relation ambiguë entre Eve, la victime, et Franck, son bourreau. Loin du fait divers, Pierre Tré-Hardy et les comédiens Sara Giraudeau et Patrick d’Assumçao nous offrent un spectacle à mi-chemin entre le conte et la réalité. Car tout l'enjeu de la pièce est là : jouer la normalité de scènes quotidiennes comme préparer un repas ou jouer du piano, alors que ces situations sont anormales. Avec une large palette de jeu et d’émotions et grâce à un décor à la fois trivial et poétique, Eve oscille entre l’enfant qu’elle est restée et la force de vie qui la pousse à se séparer de son geôlier. Franck, passe quant à lui, d’une gentillesse et d’une attention toutes paternelles au sadisme d’un homme envahi par la folie. 

Ce qui surprend dans ce récit, c’est la part d’humanité qui persiste malgré l'horreur, dans cette relation totalement anormale. En cela, Pierre Tré-Hardy et ses comédiens relèvent haut la main le défi.







Le syndrome de l'oiseau © G.Cittadini-Cesi

0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page