top of page

Le coeur au bord des lèvres

Dernière mise à jour : 12 févr. 2023


Dea Liane dans le rôle de Asmahan © JL Fernandez

Il y a d’abord la salle Christian-Bérard, du nom du décorateur de Louis Jouvet, nichée dans les combles du Théâtre de l’Athénée. Ecrin rouge, noir et brun, on se croirait dans un cabaret du Caire ou une salle de cinéma de Bombay dans les années folles. Avant même le début du spectacle, on est déjà ailleurs.

Et puis, il y a le talent de Dea Liane, jeune comédienne née en Syrie, qui passa son adolescence entre Paris, Beyrouth et Damas et qui nous raconte la vie de la chanteuse et actrice Asmahan. De son vrai nom Amal El Atrache, cette beauté née à Damas en 1912 d’un père druze et d’une mère libanaise devint une des voix les plus mythiques du Moyen-Orient dans les années 40. Accompagnée de Simon Sieger au piano, accordéon et trombone, Dea Lian entremêle ses propres souvenirs beyrouthins au destin tragique d’Asmahan (“la Sublime”, en persan). Car celle qui chanta dès son plus jeune âge dans les cabarets du Caire avec son frère Farid, mènera une vie mondaine teintée d’alcool, de fêtes et de poker dans les plus grands hôtels de Jérusalem ou de Beyrouth. Accusée d’avoir collaboré avec les alliés britanniques et français pendant la guerre, elle meurt noyée dans le Nil dans un mystérieux accident de voiture. Dea Liane incarne merveilleusement la diva, sa mélancolie, sa force de caractère et sa fragilité. A travers de fausses interviews, des extraits de films en noir et blanc et des airs langoureux, sa voix s'entrelace à celle de la chanteuse et nous fait voyager dans un âge d’or d'un monde arabe disparu.

Une pépite à ne pas manquer !





0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page