Je m'en vais mais l'Etat demeure

Dernière mise à jour : 13 juin


Je m'en vais mais l'Etat demeure © Simon Gosselin

L'existence d’Hugues Duchêne, la trentaine, acteur et metteur en scène de ce spectacle, balance entre la vie politique française, qu’il suit avec engouement, et le théâtre. Cet ancien membre du Mouvement des jeunes socialistes qu'il a rejoint à 15 ans, réunit ses deux passions dans une pièce : Je m’en vais mais l’Etat demeure. Avec ses six acolytes rencontrés à l’Académie de la Comédie Française, il retrace de 2016 à 2022 sous la forme d'une série de 6 épisodes d'une heure chacun, l’élection puis le quinquennat de Macron. A chaque année, un thème : 2017, l'année présidentielle, 2018-19, l'année judiciaire avec le procès Merah, 2019-20 : l'année médiatique, les municipales à Paris et l'affaire Griveaux ... A partir de ses expériences de terrain ; meetings de campagne, déplacement à Calais avec son ami gendarme, longues heures passées dans les prétoires face à Dupont-Moretti, chroniques de la campagne ratée de Ganzter aux municipales de Paris, infiltration de Génération Z, le mouvement des jeunes avec Zemmour, c'est la vie du pays qui défile à toute allure.


A chaque épisode, le même protocole : Hugues Duchêne se faufile dans les coulisses du pouvoir grâce à sa fausse candeur et un sacré culot. Après avoir réussi à passer les barrages de sécurité grâce à sa carte d'élève de la Comédie Française, on le voit sur le tarmac à Beyrouth à la descente de l'avion présidentiel, dans les réunions d'un groupe de soutien au FN à Dunkerque, dans les fêtes d'après-meeting de Reconquête. A tel point qu'il devient le photographe attitré de Génération Z dans le dernière épisode ! Si parfois quelques longueurs altèrent le rythme de la narration, la performance de l'auteur et de sa troupe reste à saluer. En particulier les trois comédiennes qui alternent brillamment les rôles de Sarah Knafo, Cédric Vilani, Eric Zemour, un photographe maronite ou Jean-Michel Ribes.

Hugues Duchêne et sa bande nous proposent un théâtre plein d’humour et d’autodérision qui mélange avec audace et talent, tranches de vie intimes et regards incisifs sur le petit monde politique et médiatique français.

Un spectacle qui réconcilie presque avec la vie politique !


Je m'en vais mais l'Etat demeure de Hugues Duchêne

Au théâtre 13 du 7 au 26 juin



0 commentaire