top of page

En janvier sur les plateaux

Dernière mise à jour : 10 janv.

L'amour de l'art de et avec Stéphanie Aflalo


On a découvert Stéphanie Aflalo dans la pièce de Yuval Rozman, The Jewish Hour, prix du jury du festival Impatience 2020. On se souvient de l'hystérie de son personnage et de sa présence, qui nous avaient fortement marqué.


Au théâtre de la Bastille, elle propose avec Antoine Thiollier, L’amour de l’art, qui nous entraîne dans une visite guidée de musée. Les deux médiateurs culturels qui commentent les œuvres, tentent de “faire parler” les tableaux à travers un discours stéréotypé qui crée une ambiguïté : on ne sait pas très bien si on se moque de certains discours vulgarisateurs sur l’art ou des tableaux eux-mêmes précise l’auteure. 

Une promesse qu’on est curieux de découvrir. 



Les galets au Tilleul sont plus petits qu’au Havre


Autre spectacle sur une autopsie du langage, les galets au Tilleul sont plus petits au Havre au théâtre de l’Atelier. “Né d’une envie de travailler autour de la bêtise, au sens de la futilité. Ici, rien d’intéressant ne sera dit, aucune idée revendiquée, aucune prouesse réalisée, mais nous parions sur le fait qu’il existe dans la banalité une vraie richesse de sensibilité, d’humour et de poésie annoncent Claire Laureau et Nicolas Chaigneau, les auteurs de ce spectacle qui a remporté un joli succès à Avignon cet été. 


On assistera ainsi à une suite de saynètes sur des situations qu’on a tous vécues, comme être retenu par quelqu’un qui ne cesse de parler, tenter de comprendre quelqu’un qui ne parvient pas à s’expliquer ou encore développer une argumentation pleine d’évidence en prenant le plus de temps possible.


Rendez-vous est pris au théâtre de l’Atelier pour plonger dans la banalité de nos conversations quotidiennes, aussi créatives que drôles. 



Fragments d'Hannah Arendt, mis en scène par Charles Berling


Et si en ce début d’année, on prenait le temps d’écouter la parole d’Hannah Arendt ? En ces temps troublés, les mots de la philosophe transmis par Bérengère Warluzel à travers des extraits de livres ou d’interviews, activent notre “désir de penser”. Un excellent exercice à suivre à la Scala




Fragments, mis en scène par Charles Berling © V. Berenger


0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page