Le Cyclop de Jean Tinguely à Milly-la-Forêt


Le Cyclop © Adagp, Paris, 2021 Cnap. Photo S. Duprat

L’automne est propice à de jolies balades en forêt. Pour allier les joies de la marche en pleine nature et la découverte d’une œuvre d’art singulière, Artiphil vous propose de partir à la découverte du Cyclop, niché au cœur de la forêt de Milly.

Le Cyclop naît dans l’imagination de Jean Tinguely en 1969 dans la mouvance des événements de 68 et en réaction à l’art conventionnel. 25 ans plus tard, cette sculpture-architecture de 22 mètres de haut à l’apparence d’une tête étincelante de miroirs, dotée d’un œil unique au milieu du front et d’une bouche d’où ruisselle de l’eau sur une langue toboggan, est achevée. Elle abrite en son centre un cerveau, matérialisé par des escaliers, passerelles, rouages qui connectent entre eux les nombreuses œuvres d’art qui composent ce chef d'œuvre unique.


Au fur et à mesure que l’on grimpe dans les coins et recoins du Cyclop, on découvre des sculptures sonores, un petit théâtre automatique, une machinerie aux engrenages de ferraille, une chambre renversée, le tout imaginé par Tinguely et sa joyeuse bande. Le visiteur est sans cesse surpris par les inventions de Niki de Saint-Phalle, Soto, Eva Aeppli, Rico Weber, Daniel Spoerri et d’autres amis artistes qui laissent la part belle au mouvement et aux sons comme dans les trois grands mécanismes conçus par Tinguely. Toutes les 45 minutes, le fracas de la Méta-Maxi, la Méta-Harmonie composée de roues en bois de taille variable et de la Dégringolade, sorte de flipper dans lequel circule d’énormes boules en inox, résonne dans la forêt.

Si, comme un être vivant, le Cyclop souffle et grince de mille sons, Tinguely y convoque aussi la mort. Immense totem propre à redonner vie à des matériaux usés, le Cyclop abrite de nombreuses références mortuaires comme ce crâne d'inspiration mexicaine, incrusté de miroirs colorés et glissé dans une bouche d’aération par Niki de Saint-Phalle. Explicite, un wagon de marchandises suspendu cache des figures fantomatiques, les artistes eux-mêmes se transforment en gisants de plâtres exposés dans leur tenue de chantier et bottes maculées.


Vous l’aurez compris, le Cyclop est un monument unique dans l’histoire de l’art.

Fruit d’une aventure collective et d’une utopie, il recèle mille et une surprises qui font de cette visite un enchantement. Profitez des vacances de la Toussaint pour le découvrir, et surtout, suivez la visite guidée !


https://www.lecyclop.com/

Ouverture les samedis et dimanches de 10h30 à 18h30.

Du mercredi 26 octobre au dimanche 6 novembre durant les vacances de la Toussaint.


0 commentaire

Posts récents

Voir tout